F
D
I
   
ARCHIVES

L’Association Suisse des Vignerons-Encaveurs Indépendants a tenu son
Assemblée générale le 18 novembre 2009 à Mont Sur Rolle.

Le Bureau, composé du secrétaire Cédric Béné, du trésorier Philippe Rossier, du vice-président Jean-Denis Perrochet et de la présidente Claude Bocquet-Thonney a été réélu pour une période de 3 ans.

L’ASVEI a pris position sur plusieurs dossiers en 2009 : consultation de l’ordonnance sur la prévention et la promotion de la santé, consultation de via sicura, ainsi que sur la consultation de la modification de la loi sur le génie génétique afin de prolonger le moratoire. L’ASVEI a également soutenu le référendum contre le cassis de Dijon.

Concernant l’ISV, la présidente a participé aux nombreuses réunions du groupe exploratoire sur la nouvelle Interprofession des Vins Suisses afin de relancer une plateforme interprofessionnelle au niveau fédéral. Un projet a été mis en consultation cet été ; suite aux réponses des organisations qui trouvaient le projet trop compliqué, une nouvelle mouture a été présentée. Les associations nationales de producteurs et du négoce perdent du poids en faveur des interprofessions cantonales, mais elles mettent leur secrétariat à disposition afin de faire fonctionner cette nouvelle structure avec un budget réduit. Le comité de l’ASVEI a voté pour cette nouvelle Interprofession de la Vigne et des Vins Suisses, à l’exception du canton du Valais, c’est donc la position qui sera défendue le 14 décembre 2009 lors de la réunion de l’ancienne ISV qui décidera de la modification de la structure et des statuts de cette nouvelle interprofession. La présidente est satisfaite de cette prise de position qui permettra une meilleure visibilité du monde vitivinicole autant sur le point politique que sur le point promotionnel.

L’ASVEI aura un stand à Agrovina du 26 au 29 janvier 2010 afin de présenter l’association et le travail de défense professionnelle qu’elle effectue tant sur le plan suisse qu’européen.

Les vignerons suisses seront également présents à la foire professionnelle des vignerons indépendants à Paris le 15 février 2010 avec un stand collectif regroupant 5 vignerons et 2 stands individuels. Une partie des frais de ces stands est prise en charge par l’association afin de promouvoir les vins suisses à l’étranger.

En 2010, l’association fêtera ses 40 ans et l’assemblée générale se tiendra dans les Grisons à Maienfeld les 19 et 20 novembre.

La présidente donne ensuite des nouvelles de la Confédération Européenne des Vignerons Indépendants.

La CEVI a accueilli un 8 e membre de poids avec la fédération Italienne des vignerons indépendants, d’autres pays sont en contact pour une adhésion future, il s’agit de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Grèce.

La CEVI a modifié sa structure afin d’épauler le président Xavier de Volontat (F) dans ses nombreuses tâches, deux vice-présidents ont été élus, il s’agit de M. Laurent Kox (Lu) en charge du développement de la structure et des projets européens et de Claude Bocquet- Thonney (Ch) en charge de l’animation et de la communication interne.

Les dossiers actuels concernent :la lutte pour le maintien de l’exemption du vin concernant la mention obligatoire des calories et des ingrédients sur les aliments, et avec l’aide des autres associations viticoles européennes, le renvoi de la date butoir au 31 décembre 2010 pour l’obligation d’écrire les allergènes sur les étiquettes pour les collages au lait, à l’œuf ou au gluten, afin de permettre aux études d’analyses de filtration, de peut-être montrer qu’il ne reste pas de résidus dans le vin et que cette mention est inutile.

La CEVI est active dans le dossier « Vin et Santé » et a, avec les deux autres organisations professionnelles du secteur « vin « en Europe, créé le « Conseil d’Information sur le Vin » (www.wineinformationcouncil.eu) qui met en ligne une base de données sur les publications scientifiques sur le vin et un forum d’échange des bonnes pratiques pour la promotion de la consommation responsable.

Les vignerons européens ont également mis en place le projet Mowine qui est une plateforme d’échanges permettant à de jeunes vignerons de faire un stage à l’étranger chez un confrère de l’association . Plusieurs vignerons suisses se sont inscrits pour recevoir des jeunes en formation.

La CEVI s’est impliquée dans la lutte contre la fabrication de rosé par coupage avec le succès que l’on sait, puisque suite aux nombreuses manifestations des vignerons du Sud de la France et à la conférence de presse organisée à Bruxelles en mai, le Ministère de l’Agriculture de l’Europe a retiré cette possibilité. Cette belle victoire démontre l’utilité de s’unir pour être écouté par les plus hautes instances.

La CEVI a défendu les intérêts des vignerons genevois qui possèdent des vignes de zones en France en écrivant à la Commission Européenne pour que les accords bilatéraux soient signés au plus vite. Ces accords doivent être signés dans les jours qui viennent et permettront aux raisins issus de ces vignes de porter l’appellation AOC Genève dès la récolte 2010.

Claude Bocquet se félicite de la bonne entente entre les vignerons européens qui permet des échanges enrichissants. Dernièrement elle a été contactée par le président de l’association « l’Honneur du Vin » pour trouver un spécialiste étranger à la France afin de faire une expertise des chiffres utilisés dans la brochure « Nutrition et prévention des cancers ». Cette brochure a provoqué un tollé en France et a finalement été retirée du marché suite aux réactions des professionnels de la branche viticole. De nombreux scientifiques se sont distancés des affirmations contenues dans cette brochure dont les chiffres ont été manipulés. Les vignerons de » l’Honneur du Vin » ont porté plaine au Tribunal Administratif contre l’INCA et la Direction Générale de la Santé, affaire à suivre…

La deuxième partie de l’assemblée a permis à Messieurs Conrad Briguet, directeur de l’école de Changins et Philippe Dupraz doyen de l’école, de présenter les modifications de la formation professionnelle suite aux changements de la Loi et de l’Ordonnance sur la formation professionnelle. La conséquence directe est que les aides fédérales allouées pour la formation ne sont plus directement versées à l’Ecole mais aux cantons, sous la forme d’un montant fixe par apprenant sous contrat d’apprentissage. Le problème à résoudre pour la direction de l’Ecole est de suppléer avec une proposition adéquate en formation à la probable disparition du diplôme de l’école, qui ne pourra probablement plus être financé en l’absence de base légale.

Cet exposé a beaucoup intéressé les vignerons présents et provoqué de nombreuses réactions. Mme Bocquet a répondu à l’assistance que le comité demandait à l’Ecole de maintenir la possibilité pour des personnes venant d’une autre profession, de pouvoir se former, après avoir fait un stage et des examens d’entrée, comme par le passé. En effet, environ 40 % de personnes suivant les cours de l’Ecole de Changins ont un CFC d’une autre branche ou une maturité. Il est inconcevable de ne plus avoir cette possibilité de formation, ce serait un grave retour en arrière : des vignerons se mettraient à leur compte et feraient du vin sans avoir suivi de cours professionnels, comme c’était le cas par le passé, la qualité de nos vins s’en ressentirait obligatoirement. Pour l’avenir de notre métier de Vigneron-Encaveur, il est indispensable de mettre en place une formation que l’on puisse suivre en ayant un autre parcours professionnel préalable. Mme Bocquet demande aux vignerons de s’engager auprès des politiciens de chaque canton afin d’obtenir à nouveau cette possibilité de formation.

Après toutes ces discussions animées, un apéritif offert par la Commune de Mont Sur Rolle s’est déroulé dans la cour ensoleillée de la maison de la Commune, permettant d’admirer la magnifique vue sur le lac.

Les vignerons se sont ensuite régalés de spécialités vaudoises, puis se sont dispersés dans les nombreuses caves afin de déguster les vins de la région.